aspergirl | Relations à l’autre
7371
page,page-id-7371,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-2.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.2,vc_responsive
 

Relations à l’autre

Les défis pour les Aspies en couple

Faire comprendre leur besoin de liberté et d’indépendance, surtout les moments de calme avec eux-même. Partager toutes les pièces devient à force très compliqué.

Ne jamais pouvoir se retrouver dans sa bulle même si l’autre vaque à ses occupations de son côté dans la pièce, c’est jamais pareil que d’être complètement seule. Certains feraient même chambre à part.

Apprendre à moins répondre à ses désirs ou supporter ce qui nous est difficilement supportable (dîner de famille, désordre, partager sa maison, habitudes de l’autre perturbant les nôtres, routine, règles, etc.). Cela dépend de la souplesse de chacun : on peut être coulant ou vivre très mal des choses anodines qui nous touchent profondément.

Certains sont très tactiles, d’autres ne le sont pas. Certains n’ont pas de mal à dire leurs sentiments, d’autres s’isolent dans leur for intérieur. Certains n’éprouvent pas la solitude et d’autres la vivent très mal. Certains ont besoin d’une vie sexuelle, d’autres s’y refusent.

 

La vie de couple se résume à partager, encore faut-il savoir le faire tout le temps. Dans 22 Things A Woman With Asperger Wants Her Partner To Know, Rudy Simone évoque des ressentis si différents qu’il est très difficile de faire des généralités.

Savoir se vendre

Votre conseiller au Pôle Emploi vous le dira souvent : il faut savoir « se vendre ». Cela veut dire : montrer ses points forts et ses exploits dans son CV et sa lettre de motivation. Embellir pour impressionner. Mentir ? Ce n’est pas le cas ; il faut juste mettre l’accent là où l’on excelle pour se démarquer du lot (ex. « Je sais très bien utiliser un registre et ai travaillé dans le commerce de détail pendant 5 ans » plutôt que « Je sais me servir d’un registre »). Ce qu’attendent les neurotypiques semble éprouvant chez les Aspies, qui sont sommes différents – ni plus ni moins. En bref, se vendre, c’est comme les conversations : ça n’a pas de sens, c’est fastidieux et ennuyeux, mais il faut le faire. Pourtant, les recruteurs savent bien que « doué et très expérimenté » veut dire la même chose que « je peux faire ». Les femmes avec TSA peuvent peiner à se vendre pour de nombreuses raisons, dont l’estime de soi. Elles peuvent avoir du mal à penser à quelque chose de positif sur elles-mêmes, si elles ont été victimes d’un traumatisme et/ou de harcèlement. Beaucoup de personnes avec TSA trouvent malhonnête de se vendre – au sens neurotypique du terme – au point de se soucier à l’idée d’avoir des problèmes si elles ont « menti ». Embellir ses expériences dépasse les règles chères aux Aspies, car elles leur semblent nébuleuses et approximatives. Mais quand on veut apprendre la promotion de soi, on peut.

Quelques conseils :

Ecrivez sur un papier vos capacités en lien avec le poste. Pourquoi êtes-vous bon en cela ? Combien de temps cela vous a-t-il pris ? Retour positif des managers ou des collègues (cf. CV ou lettre).

Utiliser la méthode STAR (Situation, Tâche, Action, Réaction), comme par exemple :

Situation : quoi et où ? « J’ai travaillé dans un restaurant où je me suis occupé de la plonge et de la préparation de certains plats »

Tâche : en quoi consistait votre poste ? «  Je devais la vaisselle pour 60 couverts »

Action : qu’avez-vous fait ? « J’ai lavé tous les plats jusqu’à les rendre impeccables. A chaque tâche, les cuisiniers n’étaient pas à court de couverts et aucun plat n’a été renvoyé en cuisine à cause de la saleté. »

Réponse : quel retour vous a-t-on fait ? « Mon manager, le responsable, m’a souvent dit que je faisais un bon plongeur. »

 

Demandez à vos amis, vos collègues, votre famille ou votre partenaire en quoi vous êtes bonne. Faites une liste pour préparer votre lettre ou votre CV.

Regardez les CV et lettres de motivation des autres qui ont réussi. Comparez-les aux vôtres. Essayez aussi pour des postes dans un secteur similaire.

Ne mentez jamais sur une qualification ou une compétence que vous n’avez pas.

Rendez vos descriptions de vos compétences précises et concises.

Montrez-votre candidature et votre CV à un ami, votre partenaire ou un membre de votre famille avant de l’envoyer.