aspergirl | Bilan au Centre de Ressources Autisme
7400
page,page-id-7400,page-template-default,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-2.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.4.2,vc_responsive
 

Bilan au Centre de Ressources Autisme

Bilan au Centre de Ressources Autisme (CRA)

Il existe plusieurs tests à passer. Les tests varient d’un CRA à l’autre.

Tests spécifiques au diagnostic de l’autisme :
– l’AAA (pour Adult Asperger Assessment)
– l’AQ (pour Autism Spectrum Quotient)
– l’EQ (pour Empathy Quotient)

Evaluation des troubles de la cognition sociale :
– le Hinting task (interprétation de phrases impliquant des sous-entendus)
– le TREF (Test de Reconnaissance des Expressions Faciales émotionnelles)
– le RMET (Reading the Mind in the Eyes, compréhension des expressions à travers des regards)
– le QCAE (pour Questionnaire of Cognitive and Affective Empathy)

 

Extrait du test RMET

 

L’échelle d’intelligence de Wechsel pour enfants et adolescents (WISC-IV)

Il est constitué de quatre items évalués par différentes tâches :

Indice de compréhension verbale (définir des mots ; trouver le point commun entre deux mots ; répondre à des questions de culture générale)

Indice de raisonnement perceptif (reconstituer des dessins avec des formes géométriques ; trouver l’élément parmi différentes propositions qui complète une série logique)

Indice de mémoire de travail (répéter une liste de chiffres énoncés dans l’ordre puis sur de nouveaux items en ordre inversé)

Indice de vitesse de traitement (copier les symboles associés à des chiffres, le plus vite possible pendant un temps limité)

TEST LINCOLN

Tâches de motricité fine et globale (marcher à reculons, rester en équilibre sur la pointe des pieds, emboîtement de pièces, enrouler du fil, découper des cercles etc). La sensibilité tactile (irritabilités) et le filtrage auditif (bruits aux alentours, modulation) y sont particulièrement explorés.

ADOS

Entretien semi-directif mené par un(e) psychologue pour faire part de ses difficultés : parcours, relations avec les pairs, entourage, passions, préoccupations, centres d’intérêt, routine, ressentir et exprimer les émotions, etc.  Les gestes descriptifs, empathiques et émotionnels sont abordés.

 

 

Exemples de tests

En anglais (à télécharger)http://www.autismresearchcentre.com/arc_tests

En français – http://pages.infinit.net/frelyne/aspi/AspergerIndex.html

 

 

Tony Attwood estime entre 18 % et 23 % le nombre d’adolescentes anorexiques qui présenteraient des caractéristiques du SA. Il existe certaines raisons de développer des troubles de l’alimentation :

- Faible estime de soi

Surveiller son poids fait partie de l’adaptation aux autres. Probablement le plus gros facteur de motivation. Si une fille est appréciée pour sa ligne et sa silhouette, peut-être en oubliera-t-elle sa forme d’autisme. Les anorexiques seraient d’ailleurs bien perçues pour leur abstinence. Un moyen d’attirer l’attention et de se faire des amis ?

- Faible seuil de stress

Les hypersensibles ont un système nerveux délicat au quotidien (surcharge sensorielle, confusion, pression par le temps, exigences scolaires/professionnelles/familiales/sociales). Les anexoriques seraient ainsi victimes de leur stress. Constamment en alerte rouge, elles voient leur appétit disparaître, alors que les boulimiques doivent se forcer à purger.

- Abus

Certaines sont victimes de harcèlement.

- Contrôle de soi

Comme pour les TOC, le contrôle de son corps est lié à une gestion négative de l’anxiété à éliminer. Pour une Aspie, ce peut être à la fois un besoin et un trait de personnalité. C’est une question d’équilibre. Un moyen de compenser les calories. Il faut un modèle pour estimer la quantité nécessaire.

- Focalisation extrême & perséverance.

Les Aspies aiment les diagrammes et compter les calories peut être un hobby.

- Goûts personnels

Il est difficile de changer ses opinions sur soi-même et sur son corps.

- Filtre mental

Comme une personne avec TOC absorbe l’information sur les bactéries sans aucune discrimination et grossit 100 fois le danger, on le fait avec les graisses (ex. une cuillère de beurre ou d’huile d’olive). Les Aspies peuvent se rassurer en lisant des résultats scientifiques ; d’autres peuvent interpréter des faits trop littéralement. Il suffit de lire que sa population prend du poids pour se sentir incluse.